FAUCHON

d’après Verlaine


Paris enfin
cette semaine au moins
commence la béguine
des feuillantines
aux magasins

et les vendeuses exhortent
aux exquises portes
des marrons glacés
les portefeuilles vrais
des natures mortes

les couvertures
des sucettes mûres
sont toutes tombées
comme des fleurs sechées
futures

et les sanglots pûrs
des confitures
deviennent vivants
aux silents
amours

les fraises des bois
sont en haut voix
pour chanter
des tons derniers
d’hautbois

et la saison vieillit
sur les confiseries
comme des papillotes
des basses notes
de la vie